Recherches sur l’utilisation du Web chez les militants démocrates

Je discute avec les participants d'une rencontre locale d'OFA (1) à Brooklyn

L’utilisation grandissante des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) dans l’arène de la compétition politique soulève plusieurs questions. Elle présente plusieurs potentiels, dont celui de la libre expression en ligne. Est-ce que ce potentiel de transparence, pouvant laisser libre cours à l’expression de conflits et dissensions internes des partis politiques, s’opère chez les militants démocrates?

Encore faut-il étudier le contexte concrétisant ce potentiel. Une analyse des utilisateurs, de leur praxis, des mécanismes et processus structurants en présence est nécessaire à l’étude du Web. « D’ailleurs, plusieurs arguent que les dimensions des logiques techniques (Web participatif), économiques (finances du parti, équipement électronique des citoyens), politiques (capital politique, convergence d’intérêts) et sociales (convergence historique, coutumes) sont nécessaires afin d’explorer les dynamiques et mécanismes du cyberespace » (Gingras, 2009).

Dans le cadre de ma maîtrise, j’ai réalisé un terrain de recherche à New York pendant trois mois (juillet à septembre 2011) afin d’y tenir un journal d’observation et d’y conduire des entrevues semi-directives avec les militants démocrates utilisant Internet dans le cadre de leurs fonctions partisanes.

Or, l’idée d’innover dans la manière de faire mon mémoire m’a toujours plue. Voilà pourquoi j’ai créé ce blogue. M’inscrivant dans l’esprit du Web 2.0, j’ouvrirai mes réflexions et mon analyse à la blogosphère tout en bénéficiant d’un des plus beau potentiel du cyberespace, c’est-à-dire l’agrégation du savoir et des opinions de la sphère publique Habermassienne. Ce Web ouvert devient donc à la fois mon sujet d’étude et une nouvelle méthode de rédaction ouverte. C’est Webception!

En ce sens, mon principal objectif est l’échange et l’ouverture à vos critiques et commentaires constructifs. J’en appelle donc à votre compréhension, à votre intellect et à votre créativité.
Bonne réflexion.

Références 

1 : OFA est l’acronyme d’Organizing For America.

Bibliographie

GINGRAS, A-M. (2009), Médias et démocratie. Le grand malentendu, Troisième édition, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Leave a Reply

Next ArticleEnwaye dont!