brooklyn

Observer pour se moderniser

Fac que je pars à l’instant pour New York. Nous sommes 15 péquistes privilégiés ayant été invités à y observer les tactiques électorales et les opérations sur le terrain du Parti démocrate. Je suis convaincu que cela aidera le Parti Québécois.

Pourquoi?

Yousaf, lui, il connaît la réponse :

The generative and dynamic interaction of habitus, capital, and field demonstrates how activists’ choices are shaped by political organizations or networks they join, the political action repertoires which they acquire and utilize, and how ultimately the ideology gained through their political socialization is reproduced.

Yousaf Ibrahim : 319.

Traduction :

Les choix d’une organisation politique définissent (lire : structurent) les interactions, les actions et l’idéologie des bénévoles. Concrètement, ça veut dire qu’en allant observer les tactiques électorales des américains, nous pourrons appréhender comment ces tactiques font en sorte que leurs équipes sont fortes, expérimentées et préparées:

  • A) l’accueil qu’ils nous feront,
  • B) leurs formations,
  • C) les instructions données aux bénévoles avant une séance de téléphone,
  • D) le processus de mobilisation pour une activité,
  • E) les discussions idéologiques entre les militants et le personnel.

De plus en plus de péquistes s’exposent à l’expérience et au savoir-faire américain. Par conséquent, cette répétition devient une routine et elle reproduit des comportements, des tactiques, ici chez nous.

Je crois sincèrement que plus vite on instaurera cette routine, et plus on exposera les péquistes à une autre manière de faire la politique, alors plus vite le Parti Québécois appliquera ces tactiques dans son fonctionnement. Plus vite le Parti Québécois se modernisera.

À suivre!

Leave a Reply

2 commentaires

  1. Nicole Simard

    Est-ce qu’instaurer la routine américaine est possible au Québec ? Culturellement parlant. Je vais vous suivre… La démarche est très intéressante.

    • François Larouche

      Une culture d’entreprise, ça se crée et ça se pense.

      Je donnais l’exemple des habitudes des employés des Starbucks dans un billet précédent. Elles sont fortement différentes de celles de McDonald’s. Les différences de ces milieux distincts s’expliquent par une construction et routine également différente.

      Au final, c’est la même chose dans un parti politique. Ça se crée, ça se construit pour qu’elle prenne une forme voulue afin de répondre à des objectifs précis.

Next Article4 leçons sur le militantisme apprises chez le Parti démocrate