L’expérience d’un terrain de recherche

Dans les bureaux du "quartier général" d'OFA à NYC

À la limite du rituel initiatique, le terrain est une sorte de traversée du désert où le chercheur éprouve doutes, confusions et pressions qui le sortent de sa zone de confort et le forcent à faire face à l’inconnu, aux refus et à sa propre débrouillardise. Bref, le terrain est un processus où chaque instant représente à la fois les réponses à ses questions de recherche et des solutions permettant d’améliorer sa démarche.

Cette démarche, elle s’est inscrite pour moi dans l’ethnographie de Carol Bailey (2007). Je me suis intégré à l’équipe démocrate en participant à leurs efforts et en assistant aux activités. Suivant l’approche de Bailey, cette intégration s’est limitée à ne pas influencer les communications Web de l’équipe, ce qui impliquait ne pas participer activement ni aux rencontres d’orientation stratégiques Web, ni aux opérations Web de diffusion, de recrutement, etc.

C’est véritablement l’intégration ethnographique qui fit une différence, alors que plusieurs centaines de demandes de rencontre et d’entrevues par courriel à des militants inconnus demeurèrent sans réponse. En me présentant aux différentes activités politiques, j’ai pu établir des liens de confiance avec des acteurs clés et j’y ai bâti peu à peu des relations avec des gatekeepers (1) au sens de Bailey. En instaurant ce rapport entre nous, j’ai pu bénéficier de leur collaboration, c’est-à-dire que j’ai eu accès à l’ensemble de leur réseau, mais également à leur capital social; alors qu’uniquement par notre accointance, mon projet bénéficiait d’une certaine crédibilité et devenait soudainement digne d’intérêt.

L’intégration a permis dans un second temps d’utiliser la méthode de l’observation participante, primordiale à la rédaction d’un journal de terrain pertinent en tant que source de données. Obtenir les témoignages de militants est le cœur de ma recherche, néanmoins être témoin des mécanismes sociaux et politiques est tout aussi important au processus récursif de conceptualisation intrinsèque au terrain de recherche.

Prochain billet : Quelques pistes issues de mon terrain 

 Références

1 : Gatekeepers : Les individus qui jouent un rôle dans l’accession ou au barrage à un réseau, un milieu, selon la littérature ethnographique.

 Bibliographie

 BAILEY, C. A. (2007). A Guide to Qualitative Field Research. Thousand Oaks, Pine Forge Press.

Leave a Reply

Next ArticleRédaction de mémoire : vie monastique